FW: A méditer



 
REDEEMING THE JEWISH WIMP

(French translation at the end)

By Emmanuel Navon- Prof. international relations at Tel Aviv University

Efrat 16/04/10


In his press conference last week, Prime Minister Netanyahu lamented that his Turkish counterpart has been attacking Israel since Operation Cast Lead.  Actually, Erdogan’s anti-Israel salvos have a longer history.

In 2004, Erdogan called Israel a “terrorist state” after we eliminated Sheikh Yassin.  In February 2006, he hosted Hamas leader Haled Mashal in Ankara.  In January 2009 he staged a temper tantrum at the Davos Conference calling Shimon Peres an expert killer.  In October 2009, the Turkish state television started airing fiction series showing Israeli soldiers intentionally murdering Palestinian children.  In November 2009, Erdogan declared that he’d rather meet with Sudanese President Omar al-Bashir (accused of war crimes and genocide by the International Criminal Court) than with Benjamin Netanyahu.  In March 2010, Erdogan claimed that the Temple Mount, Hebron and Rachel’s tomb were never Jewish sites.  Last week, Erdogan used his official visit to Paris to call Israel the greatest danger to the world and to peace.

Israel has been quietly putting up with Erdogan’s antics for no justifiable reason.  True, Avigdor Lieberman decided to finally say something by comparing Erdogan to Chavez and Gaddafi.  That was ineffective and silly: nothing could make Erdogan happier than being categorized as anti-American Don Quixote.  All Lieberman had to do to embarrass Erdogan and expose his hypocrisy was to mention the Armenian genocide, Turkey’s refusal to grant a “right of return” to the post WWI Greek refugees, Turkey’s occupation of Cyprus, Turkey’s “apartheid wall” and “settlers” in Cyprus, Turkey’s adamant refusal to accept the establishment of a Kurdish state, and Turkey’s stubborn insistence on holding to a territory it grabbed from Syria (the Alexandretta Province).

Alas, Israel is a wimp -and not only with Turkey.  Israel would never dare to “upset” Egypt by complaining about the fact that Mubarak’s state-controlled media are full of anti-Semitism, blood libels and Holocaust denial.  When Egyptian Culture Minister Farouk Hosni said he would burn any Israeli book he found in his country, Israel didn’t have anything to say.  And when the Egyptian Government backed Hosni’s candidacy for the job of UNESCO Secretary General, Israel didn’t vote against because Mubarak asked us not to.  By contrast, Jewish intellectuals around the world (such as Eli Wiesel and Bernard Henri-Lévy) were vocal against Hosni’s candidacy.  Diaspora Jews have more guts and self-confidence than the Jewish state.

The question is why.  I remember having a conversation with my students about this.  Their answer was that Israel can’t afford to be assertive. When I asked them why, their answer was that Israel owes its existence to the goodwill of the nations and that we can therefore not upset those who tolerate us. I believe this is the root of the problem, and that the problem is serious indeed.

Our founding fathers certainly didn’t suffer from this inferiority complex.  Think about Abba Eban and Menachem Begin.  They had different political opinions about nearly everything.  But they were educated, outspoken, and proud Jews.  They knew that Israel doesn’t owe its existence to the goodwill of nations but to our exceptional history and courage.  They were unapologetic and articulate advocates of Israel who had no problem putting people in their place.

Compare, for instance, the current US-Israel crisis with the one that erupted three decades ago.  In December 1981, the Reagan Administration threatened to “punish” Israel over the annexation of the Golan Heights by suspending the US-Israel strategic cooperation agreement.  “What do you mean by punishing?” screamed Begin to US ambassador Samuel Lewis. “What are we, a vassal state of yours, a banana republic? You don’t have any right to punish Israel and I protest about the very use of that word.  The Jewish people has survived for 3,700 without a strategic cooperation agreement with the United States, and we’ll continue to survive for another 3,700 years without such an agreement.  You can tell your Secretary of State that the Golan law will not be repealed.”

Young Israelis are often surprised to hear that the US Government got off our case.  Same thing with France.  In the early 1980s, French Foreign Minister Claude Cheysson started lecturing Israel about the need to establish a PLO-controlled state in the West Bank and in Gaza.  Begin decided to publicly reply that France should accept the establishment of an FLNC-controlled state in Corsica.  Cheysson got mad and asked his government to issue a statement condemning Begin’s “nerve.”  But President Mitterrand thought this would make France look silly.  “Begin is right” he said during the weekly government meeting on February 24, 1982.  “What he said is both upsetting and true. After all, Corsica is French only since 1768.  That’s more recent than Abraham.”

While the sabra Israeli, which was supposed to represent the new and proud Jew, behaves with foreign leaders like a medieval shtadlan, Israel’s proud and outspoken leaders were all former Diaspora Jews.  I am not saying that young Israelis should go back into exile to learn the basics of diplomacy and leadership, Heaven forbid.  

History, rhetoric and national pride can be learned in Israel.

The problem is that they are not.  Our educational system, especially in Universities, does not teach general knowledge, Jewish history, and critical thinking.  And this is where the problem begins.  Rather than being taught how to think for themselves, to learn about Jewish history, to get a sense of the deductive and persuasion skills mastered by Plato and the Talmud, our international relations students waste most of their time with this nonsensical and charlatanesque field know as “International Relations Theory.”

We need our younger generation to regain the self-confidence and pride of our founding fathers and realize, like they did, that the world will not respect us as long as we don’t respect ourselves.
       


IL FAUT SAUVER NOS MAUVIETTES




Par Emmanuel Navon- Pr de relations internationales à l’Université de Tel Aviv

Efrat 16/04/10
Adapté  par danilette



Dans sa conférence de presse la semaine dernière, le Premier Ministre Benyamin Nétanyahou a déploré que son homologue turc n’ait pas cessé d’attaquer verbalement Israël depuis l’opération Plomb durci. En fait, les salves anti-israéliennes d’Erdogan ont une longue histoire.

En 2004, Erdogan a appelé Israël “état terroriste” après l’élimination du Cheikh Yassine. En février 2006, il a accueilli le chef du Hamas, Khaled Mashal à Ankara. En janvier 2009, il s’est mis en scène par un accès caractériel de colère à la conférence de Davos en invectivant Shimon Peres, en le traitant d'”expert en assassinat”.

En octobre 2009, la télévision d’État turc a commencé à diffuser des feuilletons qui montrent des soldats israéliens tuant délibérément des enfants palestiniens. En novembre 2009, Erdogan a déclaré qu’il préférait rencontrer le président soudanais Omar El Bachir — accusé de crimes de guerre et de génocide par la Cour Internationale de Justice — plutôt que Benjamin Netanyahou. En mars 2010, Erdogan a déclaré que Le Mont du Temple, Hébron et le tombeau de Rachel n’avaient jamais été des sites juifs. La semaine dernière, profitant de son voyage officiel à Paris, Erdogan a affirmé qu’Israël était la plus grande menace pour le monde et pour la paix.

Israël a tranquillement supporté les pitreries d’Erdogan sans raison valable. Certes, Avigdor Liebermann a enfin décidé de répondre en comparant Erdogan à Chavez et à Kadhafi. Cette réaction a été inefficace et stupide : rien ne pouvait rendre Erdogan plus heureux que d’être assimilé à un Don Quichotte antiaméricain. Tout ce que Liebermann aurait dû faire pour embarrasser Erdogan était de dévoiler son hypocrisie en mentionnant le génocide arménien, le refus de la Turquie d’accorder un droit au retour aux réfugiés grecs, suite à la première guerre mondiale, l’occupation turque de Chypre, le mur de l’apartheid et les colons de Chypre, le refus catégorique de la Turquie d’accepter la création d’un État kurde et l’obstination de la Turquie à conserver un territoire pris à la Syrie — la province d’Alexandrette.

Hélas, Israël est une mauviette et pas seulement avec la Turquie. Israël n’oserait jamais contrarier l’Égypte en se plaignant du fait que les médias contrôlés par l’État de Moubarak sont pleins d’antisémitisme, d’accusations de crimes rituels et de négation de l’holocauste. Lorsque que le Ministre de la culture égyptien Farouk Hosni a déclaré qu’il brûlerait tout livre israélien [et juif] qu’il trouverait dans son pays, Israël n’a pas daigné broncher. Et quand le gouvernement égyptien a soutenu la candidature d’Hosni pour le poste de Secrétaire Général de l’Unesco, Israël n’a pas voté contre, parce que Moubarak nous avait demandé de ne pas le faire. En revanche, des intellectuels juifs à travers le monde — comme Élie Wiesel et Bernard Henri Lévy — ont clamé haut et fort leur opposition à la candidature de Hosni. Des juifs de diaspora ont plus de courage et d’assurance que l’État juif.

La question qui se pose est : pourquoi ? Je me souviens avoir eu une conversation avec mes élèves à ce sujet. Leur réponse a été qu’Israël ne peut pas se permettre d’avoir de l’assurance. Quand je leur ai demandé pourquoi, leur réponse a été qu’Israël doit son existence à la bonne volonté des nations et que nous ne pouvons donc pas perturber ceux qui nous tolèrent. Je crois que c’est la racine du problème et que ce problème est vraiment grave.

Nos pères fondateurs n’ont certainement pas souffert de complexe d’infériorité. Prenez Abba Eban et Menahem Begin. Ils avaient des opinions politiques différentes à propos de presque tout, mais ils étaient cultivés, avaient leur franc-parler et étaient fiers d’être juifs. Ils savaient qu’Israël ne doit pas son existence à la bonne volonté des nations mais à son histoire exceptionnelle et à son courage. Ils défendaient Israël sans demander pardon et avec clarté, sans avoir la moindre difficulté à remettre les gens à leur place.

Comparez, par exemple, la crise actuelle entre les États-Unis et Israël avec celle qui avait éclaté il y a trois décennies. En décembre 198, l’administration Reagan a menacé de punir Israël à cause de l’annexion du plateau du Golan, en suspendant l’accord américano-israélien de coopération stratégique. “Que voulez-vous dire par punir ?” hurla Begin à l’ambassadeur américain Samuel Lewis. “Que sommes-nous, un état vassal du vôtre, une république bananière ? Vous n’avez pas le droit de punir Israël et je proteste sur l’utilisation même de ce terme. Le peuple juif a survécu 3700 ans sans accord de coopération stratégique avec les États-Unis, et nous continuerons à survivre encore 3700 ans sans un tel accord. Vous pouvez dire à votre secrétaire d’État que la loi sur le Golan ne sera pas abrogée.

Les jeunes Israéliens sont souvent surpris d’entendre que le gouvernement américain nous a laissés tomber. Pareil avec la France. Au début des années 80, le Ministre des Affaires Etrangères français, Claude Cheysson déclarait dans des conférences sur Israël, qu’il était nécessaire d’établir un État contrôlé par l’OLP en Cisjordanie et à Gaza. Begin alors avait décidé de répondre publiquement que la France devait accepter la création en Corse d’un État contrôlé par le FLNC. Cheysson s’était fâché et avait demandé à son gouvernement de publier une déclaration condamnant “la crise de nerf de Begin”. Mais le Président Mitterrand a pensé que cela ridiculiserait la France. “Begin a raison” a-t-il déclaré durant la réunion hebdomadaire du gouvernement le 24 février 1982. “Ce qu’il a dit est à la fois irritant et vrai. Après tout, la Corse n’est française que seulement depuis 1768. C’est plus récent qu’Abraham“.

Alors que le Sabra israélien, qui était censé représenté le juif nouveau et fier, se comporte avec les dirigeants étrangers comme un intermédiaire juif médiéval, les dirigeants d’Israël fiers et au franc-parler ont tous étés d’anciens juifs de la diaspora. Je ne dis pas que les jeunes Israéliens doivent retourner à l’exil pour apprendre les bases de la diplomatie et du leadership, qu’à Dieu ne plaise. L’histoire, la rhétorique et la fierté nationale peuvent être apprises en Israël.

Le problème est qu’ils ne le sont pas. Notre système éducatif, en particulier dans les universités, n’enseigne pas la culture générale, l’histoire juive et la pensée critique. Et c’est là que le problème commence. Au lieu d’apprendre à penser par eux-mêmes, d’apprendre l’histoire juive et d’être formés aux compétences de persuasion et de déduction selon l’enseignement de nos maîtres du Talmud et de Platon, nos étudiants perdent une grande partie de leur temps dans ce domaine absurde et charlatanesque appelé “la théorie des relations internationales“.

Nous avons besoin que nos jeunes générations retrouvent la confiance en elles et la fierté de nos pères fondateurs et se rendent compte comme eux, que le monde ne nous respectera pas tant que nous ne nous respecterons pas nous-mêmes.

Advertisements



    Leave a Reply

    Fill in your details below or click an icon to log in:

    WordPress.com Logo

    You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

    Twitter picture

    You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

    Facebook photo

    You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

    Google+ photo

    You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

    Connecting to %s



%d bloggers like this: